La peau de Bébé, une physiologie très particulière

La peau de Bébé, une physiologie très particulière

© Dmitry Naumov - Fotolia 2010

La peau d'un bébé, né à terme, est définitivement structurée comme celle d’un adulte : l’épiderme, le derme et l’hypoderme sont en place. Mais elle est encore immature et n’a pas acquis toutes les qualités et fonctionnalités de celles d’un adulte.

Les spécificités de la peau de Bébé sont les suivantes :

  • Une couche cornée plus fragile.
  • Un film hydro-lipidique moins protecteur.
  • Un pH proche de la naturalité
  • Un derme plus fin
  • Une peau plus perméable
  • Des glandes sébacées très productives à la naissance
  • Une protection quasi-inexistante face au soleil et à la chaleur.
Une couche cornée plus fragile , un film hydrolipipdique moins protecteur
Une couche cornée plus fragile :

La couche cornée de Bébé est plus fragile. Les cornéocytes sont moins soudés, ce qui augmente la perméabilité aux agents extérieurs et aux agents infectieux. La fonction de barrière cutanée des agressions extérieures est limitée et le risque de pénétration de tout agent infectieux ou allergisant est accru.

Un film hydrolipidique moins protecteur :

Le film hydrolipidique de Bébé est peu performant. Les sécrétions de sébum et de sueur sont peu abondantes, ce qui fragilise le film hydrolipidique et contribue à augmenter la perte insensible en eau. La peau de Bébé se déshydrate donc plus vite et est beaucoup plus vulnérable face aux agressions quotidiennes chimiques (produits mal adaptés), mécaniques (frottement des couches et des vêtements), climatiques (froid, vent, soleil).

Un pH proche de la naturalité, un derme plus fin
Un pH proche de la naturalité :

Le pH du nourrisson est proche de la naturalité. Il évolue ensuite vers le pH de la peau de l’adulte qui est plus acide. En conséquence, sans manteau acide, la peau de Bébé se défend moins bien contre les bactéries et est plus sensible aux infections et aux irritations.

Un derme plus fin :

Le derme du nourrisson est plus fin que le derme d’un adulte.Les fibres élastiques sont très fines. Les fibres élastiques permettent la résistance, l’élasticité et la réparation des tissus endommagés. Les fibres de collagène qui fixent l’eau et contribuent à l’hydratation de la peau sont moins épaisses que celles d’un adulte.

Une peau plus perméable

Bien qu’existante, la barrière constituée par la couche cornée et le film hydro-lipidique st peu performante. Cette barrière est encore plus fragile au niveau des fesses car elles subissent de nombreuses irritations (frottement des couches, contact avec les urines et les selles). Jusque-là, sa peau constitue une voie de passage facile pour des substances actives qui peuvent être nocives et allergisantes pour son organisme.

Rapportée au poids, la surface de la peau est proportionnellement 2 à 3 fois plus grande que chez l’adulte. Ainsi, un produit qui passe à travers la peau sera 2 à 3 fois plus concentré dans l’organisme d’un bébé que chez un adulte, d’où un risque de toxicité plus grand.

Des glandes sébacées stimulées :

Les glandes sébacées, stimulées durant la grossesse par les hormones maternelles, sont excessivement développées à la naissance d’où excès de sébum. Cet excès de sébum est à l’origine de l’apparition des croûtes de lait au niveau du cuir chevelu. La croûte de lait est un problème fréquemment rencontré dès les premières semaines de vie.

Une protection quasi-inexistante face au soleil et à la chaleur

Très fine et perméable, la peau de Bébé arrête mal les rayons du soleil. Jusqu’à l’âge de 1 an, les mélanocytes (cellules de la pigmentation chargées de donner à la peau sa couleur), sont peu nombreux.

Ainsi la plupart des bébés ont un teint très clair. Pauvre en mélanine, substance protectrice contre les rayons du soleil, la peau d’un Bébé est extrêmement sensible à l’agression du soleil. Le système de fabrication de la mélanine et des cellules de la pigmentation s’accroît lentement pendant la croissance.

Chez le nourrisson de quelques semaines, le mécanisme de la transpiration, impliqué dans la thermorégulation, n'est pas encore bien établi. Ses glandes sudoripares (glandes à l’origine de la sécrétion de sueur) ne sont pas tout à fait fonctionnelles. En cas d’exposition prolongée et de forte chaleur, elles ne parviennent pas à produire suffisamment de sueur pour évacuer la chaleur accumulée. De ce fait, un tout petit bébé régule mal sa température interne et est très vulnérable aux variations de température et aux coups de chaleur.

Il est donc essentiel de ne pas exposer les Bébés et les jeunes enfants directement au soleil et de les protéger avec des vêtements et des lunettes.